• Tribulation d’un patient à la Clinique St Jean.

    (Et il faut vraiment être patient).

     

    Je suis arrivé le mardi 24 avril 2018 à 8H20, je suis passé à 8H40 au bureau des entrées. Ce jour là je devais être à jeun et, être présent dès 9 heures dans le service concerné.

    La prise de sang à été faite à 10H30, le Scanner après 13 heures après mettre manifester à l’aide soignant du service.

    Premier incident l’on m’apporte le plateau repas à 12 heures alors que je dois être à jeun pour le scanner avec injection de produit, mais comme je suis sage , je ne le touche pas et je le signale à l’aide soignante qui me dit qu’elle m’amènera à nouveau le plateau après que j’ai passé le scanner, je n’ai jamais revu ni le plateau, ni l’aide soignante, et j’ai du patienté jusqu’au soir pour avoir un premier plateau.

    Le plateau du soir arrive bien que signalé par le médecin anesthésique, par le médecin Carrère, et noté sur la feuille d’admission n’était pas pour diabétique, il comportait un flan au caramel et deux biscuits sablés. Je me suis contenter des aliments qui pouvaient correspondre à un menu pour diabétique, ce jour là aucun relevé pour mon taus de sucre n’a été pris.

     

    Deuxième jour : C’est l’intervention par le docteur Carrère, tout se passe bien, c’est un bon docteur spécialiste gastro-entérologue.

    Le plateau repas du soir arrive toujours un menu normal, flan au chocolat sucré et compote de fruit, je me contente de ce qui correspond à mon état de diabétique c'est-à-dire courgettes qui sentaient le cramées et un morceau de morue façon gratin extra sèche.

    Le docteur Carrère passe me voir, m’explique clairement son intervention, m’annonce ma sortie pour le lendemain matin entre dix heures et onze heures.

     

    Troisième jours :

     

    Le médecin Carrère passe me voir et confirme ma sortie et,  me précise que je dois faire une prise de sang dans trois semaine et après prendre rendez-vous pour la visite de suivie dans un mois.

    Vers 10 heures l’infirmière du laboratoire vient me faire une prise de sang, bien que je sort ?

    11 heures passe, je ne suis toujours pas sorti.

    12 heures je commande l’ambulance  pour 13 heures.

    12 heures 10 le plateau repas je dis à la femme de service : Qu’elle le porte à la responsable du service car elle manque de vitamine, c’est une lymphatique pas trop vite le matin et doucement l’après-midi !

    La responsable du service arrive, elle me demande si je ne veux pas le plateau  repas.

    Je lui confirme, en précisant que le plateau repas n’est  pas pour diabétique.

    Elle m’annonce qu’elle vérifie le plateau avant de le porter et, qu’il est pour diabétique, c’est la ou l’on se demande si l’on a vraiment affaire à une infirmière !

    Au menu,( j’ai emporte avec moi le menu validé pour diabétique). Betterave (légume sucré), semoule (sucre lent) yaourt sucré et orange. (tout était pour augmenter le taux de glucide).

    Elle a apportée avec elle les médicaments a prendre (normalement deux comprimés jusqu’à présent) là le gobelet était plein, elle avait du me faire un cocktail Molotov ! je lui ai dis que j’étais sur le départ et que ses médicaments je ne les voulais pas. ( de la façon qu’elle a surveillée mon plateau repas, prendre la composition de ses médicaments était risqué).

    Là elle m’annonce que je sors à 15 heures, elle n’attend plus le résultat de la prise de sang que l’on m’a fait malgré mon départ, selon elle c’est pour cela qu’elle retardait mon départ, malgré la confirmation de sortie du médecin qui a pratiqué mon intervention.

    Je lui signale une nouvelle fois que  l’ambulance venait me chercher à 13 heures, elle me dit qu’il fallait que je signe une décharge ; je lui ai demandé de me la donner, j’ai signé et enfin pu sortir de la clinique St jean devenue hôpital privé St Jean.

     

    Ce jour là, un brave petit vieux qui partageait la chambre après s’être arraché le pansement sans le vouloir,  perdait son sang. Elles sont venues ; lui ont dit qu’il ne devait pas s’enlever le pansement, elles l’on allongé sur son lit ; lui ont dit qu’elles allaient chercher le chariot des pansements : au bout de deux heures elles n’étaient toujours pas revenues.

     

    Fin de mes tribulations, vous pouvez laisser un commentaire, merci.


    57 commentaires
  • ATTENTION A TOULON NOUS NE SAVONS PAS SI A LA MAIRIE IL Y A UN MAIRE OU UN CHEF DE GANG.

    Pendant mon hospitalisation en urgence le 27/02/2018, ma voiture a été kidnappée par la fourrière le 28/02/2018 " stationnement gênant" pour travaux ; sauf que cette semaine là, nous étions en alerte orange  pour neige, pluie et fort vent, donc les travaux publics sont à l'arrêt car il ne travaille pas par intempérie, cette enlèvement un digne  d'un gang qui à pris ma voiture en otage. bien que je venais tous juste de sortir de l’hôpital et bien que fatigué, j'ai du courir par mes propres moyens pour récupérer ma voiture afin que la rançon n'augmente pas. Résultat cela m'a coûté 169.50 € ! merci monsieur le maire pour vos services dignes des plus grands gangstérisme.  

    Aujourd'hui je me repose, afin si l'on arrive à se reposer après que l'on sait que des personnes sévices en toute impunité.


    1 commentaire
  •  

    Trafic Booster


    votre commentaire
  • Le Cochon

    Tout est bon dans le cochon, cela rend les êtres Bons


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique